Tous les articles par Julen

24 novembre 2018

Le Shin Jin Meï est le texte le plus ancien du Ch’an, œuvre du 3e patriarche chinois Sosan, mort en 606. Dans le Shin jin mei, Sosan étudie la nature profonde de l’esprit et transmet la moelle de l’enseignement de Bodhidharma et d’Eka, l’essence du zen : ni choix, ni rejet ; pas de dualité ni de discrimination ; réaliser l’unité est la voie.

Commentaire 58 phrase du Shin Jin Mei, commenté par Maitre Kosen;